Contact & Information - Médias

A lire absolument:
LE PALAIS GSTAAD DANS LES MÉDIAS.

Projet de reboisement dans le quartier
de l’Oberbort Réussi

Tout a commencé il y a six ans, à l’occasion du 100ème anniversaire du Gstaad Palace, durant lequel a été lancé un projet de reboisement. En 1999, la tempête Lothar avait causé des dommages considérables dans la forêt de Schafwald, située dans le quartier de l’Oberbort à Gstaad. Grâce au financement du Gstaad Palace, les écolières et écoliers de la région ont mis la main à l’ouvrage sous la responsabilité du garde forestier, déblayant les déchets de bois et plantant 1500 nouveaux petits arbres. Le 5 juin 2019, le propriétaire de l’hôtel, Andrea Scherz, et le garde forestier, Daniel Bütschi, ont dressé le bilan : Cet engagement durable a porté ses fruits ; la partie de forêt reboisée se développe à merveille.

06.06.2019

Depuis sa fondation, le Gstaad Palace se considère comme un membre de la ville de Gstaad et de ses environs, un sentiment d’appartenance inscrit dans l’ADN de cet établissement. Le propriétaire actuel, la famille Scherz, entretient parfaitement cette tradition du « Giving Back ». C’est pourquoi en 2013, à l’occasion du 100ème anniversaire du Palace, la famille a déclaré le lancement du projet de reboisement. Grâce à cet engagement, une multitude d’écolières et écoliers de l’école secondaire Ebnit à Gstaad ont déblayé les vestiges laissés par la tempête Lothar dans la forêt du sud de Schafwald à Gstaad, et ont planté 1500 nouveaux petits arbres, qui ont été entretenus avec amour au cours de ces cinq dernières années. Outre ce vaste reboisement, le Gstaad Palace a confié au spécialiste en pierres naturelles local, Mike Hauswirth, la réalisation en lisière d’une aire de pique-nique somptueuse avec vue, à destination de la population. Six bonnes années plus tard, le programme de revégétalisation du quartier de l’Oberbort, pour lequel le Gstaad Palace a investi près de 120’000 francs suisses, touche à sa fin. « Nous voulons contribuer à la préservation de nos ressources qui font vivre le tourisme dans cette région. En effet, notre hôtel est niché sur un versant précieux qui nous est offert par une forêt de protection en bonne santé », déclare le propriétaire du Palace, Andrea Scherz.

Le gaspillage alimentaire en ligne de mire
La préservation des ressources n’est pas le seul domaine dans lequel le Gstaad Palace s’engage systématiquement en faveur de la durabilité. Culinary Director Franz W. Faeh, conjointement avec d’autres établissements hôteliers et gastronomiques de la région, fait partie du groupement « Interessensgemeinschaft Procurement Hotelierverein Gstaad-Saanenland ». Chaque année, la consommation de denrées doit être optimisée à travers une gestion ciblée et une politique d’achat intelligente, en vue de réduire les déchets alimentaires. Un premier coaching de l’association « United Against Food Waste » a permis d’attirer l’attention des entreprises membres sur quelques champs d’action. « Nous avons déjà entrepris plusieurs mesures en cuisine dans le but de réduire la production de déchets. D’une part, nous avons adapté les portions dans les assiettes et sur les buffets et, d’autre part, déjà à la mise en place, nous veillons à garantir le moins de déchets alimentaires possible. Rien qu’avec l’adaptation des portions dans les assiettes, nous avons pu réduire nos déchets humides de 12% », déclare Franz W. Faeh.

Recyclage des savons
Ailleurs aussi, les petits gestes ont leur importance. C’est pourquoi le Gstaad Palace s’engage en faveur du projet international SapoCycle (www.sapocycle.org) à compter de la saison estivale. Le principe est simple : Les savons pour les mains qui, la plupart du temps, ne sont jamais entièrement utilisés par nos hôtes lors de leur séjour chez nous, peuvent être introduits dans un processus de recyclage au sein duquel ces derniers sont transformés en produits de première nécessité pour les populations des régions défavorisées de ce monde. Là-bas, l’hygiène est une question de survie, aussi bien dans la vie quotidienne que dans l’environnement médical. C’est pourquoi une équipe d’une ONG collecte les savons dans les hôtels européens en vue de les recycler. En Suisse, la société Planzer entreprend la collecte des savons desséchés dans les conteneurs SapoCycle bleus. Ces savons sont ensuite acheminés vers la fondation « WohnWerk » située à Bâle, où ils sont alors recyclés dans le cadre du deuxième marché du travail protégé. « Nous envisageons de pouvoir donner près de 30 kilogrammes de savon qui pourront alors être réutilisés dans un objectif utile », souligne Andrea Scherz.

 

Par amour de l’environnement – Travail de pionnier dans la région de Saanenland
Le Gstaad Palace aspire toujours à sortir des sentiers battus lorsqu’il est question de durabilité dans la région. Ainsi, cet établissement compte parmi les membres fondateurs du réseau de chauffage urbain dans la région de Saanenland. En 2018, le Gstaad Palace a rejoint le réseau de chauffage urbain Saanen-Gstaad. En tant que premier client, il est un acteur clé de ce projet. L’hôtel et quatre établissements voisins sont chauffés à l’aide d’une énergie renouvelable créée à partir de bois local. De plus, l’ensemble de l’établissement est équipé d’un éclairage LED durable. Par ailleurs, dans la cabane du Walig, la suite la plus authentique du Palace située à 1700 mètres d’altitude, les hôtes sont chauffés à l’énergie solaire et, désormais, se délectent de petits plats cuisinés dans un four solaire, comme utilisé en Afrique.

Andrea Scherz
élu hôtelier de l’année 2019

Le Gstaad Palace compte parmi les plus grands hôtels de Suisse. Par ailleurs, cet hôtel est l’un des rares à être gérés par une seule et même famille depuis trois générations. Son propriétaire et directeur général actuel, Andrea Scherz, a été élu hôtelier de l’année 2019 par le journaliste Karl Wild, qui, à travers son célèbre classement publié par le SonntagsZeitung et par Werd & Weber Verlag, salue les activités constantes de Monsieur Scherz ainsi que son esprit associant à la fois innovation et tradition.

 

27.05.2019

Il est le propriétaire et general manager de l’un des derniers hôtels de luxe d’Europe à être géré par une famille: Andrea Scherz. Andrea Scherz est au service du Gstaad Palace et de ses 90 chambres depuis 1996, établissement dont il a entre-temps acquis la propriété et pris la tête en tant que directeur général. Cet hôtel renommé, situé dans le quartier de l’Oberbort à Gstaad, est une véritable «affaire familiale». En effet, cela fait déjà trois générations que ce palace est dirigé par un représentant de la famille Scherz. «J’ai acquis le sens de l’hospitalité, pour ainsi dire, dès le berceau. Mon grand-père Ernst et mon père Ernst Andrea, avec qui je prends encore aujourd’hui toutes les décisions importantes, m’ont transmis leur passion pour l’hôtellerie. Mes guides m’ont toujours rappelé l’essence de notre mission première: le «non» n’existe pas au Gstaad Palace», déclare Andrea Scherz.

Le 26 mai 2019 Andrea Scherz a été élu hôtelier de l’année 2019 par le célèbre journaliste Karl Wild, qui, en collaboration avec le SonntagsZeitung et le Werd & Weber Verlag, publie un classement des hôtels de tourisme très populaire. «Cette distinction est une grande satisfaction – non seulement pour moi, à titre personnel, mais également et surtout pour mon équipe composée de jusqu’à 300 talents. Jour après jour, nous travaillons dur pour adapter notre tradition à l’air du temps en matière d’hospitalité – un exercice de haute voltige à une époque où la demande en hôtellerie de luxe n’a jamais été aussi forte.»

Avant d’intégrer le Gstaad Palace en tant que réceptionniste lors de la saison estivale de 1996, Andrea Scherz a travaillé dans divers hôtels tels que le Beau-Rivage à Lausanne, le Savoy à Londres et l’InterContinental à Genève. Avant cela, il a effectué différents stages aux États-Unis et en Italie. Andrea Scherz est diplômé de l’École hôtelière de Lausanne (EHL). Il parle couramment allemand, anglais, français et italien.

Par ailleurs, la qualité, il l’a dans le sang car son père, Ernst Andrea, a lui-même été élu «Leading Legend» par le consortium hôtelier «Leading Hotels of the World» au cours de l’année 2015.

«À propos, j’ai décidé moi-même d’intégrer l’hôtellerie, mû par un véritable intérêt et ce petit brin de folie que tous les Scherz ont en eux.» Le Gstaad Palace représentait presque un terrain de jeu pour Andrea Scherz. Dès sa plus tendre enfance, il a côtoyé de nombreuses personnalités telles que Roger Moore, Roy Emerson, Yehudi Menuhin ainsi que les chefs d’État Jacques Chirac ou Margaret Thatcher, laquelle a d’ailleurs rédigé ses mémoires au Palace.

Aujourd’hui, Andrea Scherz, qui vient tout juste de fêter ses 50 ans, est une figure centrale de la destination de vacances à la renommée internationale que représente Gstaad, mais aussi au-delà. En effet, il siège également dans divers conseils d’administration de l’industrie du tourisme et de l’hôtellerie tels que les consortiums «Swiss Deluxe Hotels» et «Leading Hotels of the World», ainsi que la société coopérative aérodrome Gstaad-Saanenland.

 

À propos de Karl Wild
Journaliste économique, écrivain et testeur d’hôtels, Karl Wild est le créateur de l’hotelrating suisse, publié depuis 21 ans dans le «SonntagsZeitung». Par ailleurs, Wild parcourt le monde à titre de testeur pour une alliance internationale d’hôtels de luxe. Il écrit pour plusieurs grandes publications en Suisse et à l’étranger. Wild vit à Langnau (Canton de Zurich) où il possède un bureau pour prête-plume.

Avec Franz W. Faeh, la cuisine du palace a le vent en poupe

Franz W. Faeh, chef exécutif au Gstaad Palace et grand chef à l’expérience internationale, apporte un nouveau souffle dans la cuisine du palace. En tant que directeur culinaire, il repense régulièrement le concept de la restauration et de restaurant du Gstaad Palace. En mai, ce globe-trotteur originaire de Gstaad cuisinera également pendant trois jours au Royal Automobile Club RAC à Londres, un club sélect qui accueille des grands chefs du monde entier seulement deux fois dans l’année. Franz W. Faeh emprunte en outre de tout nouveaux chemins vers une cuisine durable dans la cabane du Walig, le chalet exclusif du Gstaad Palace trônant à 1700 mètres d’altitude : il y prépare des mets fins sans électricité en se servant uniquement d’un four solaire et d’un feu.

 

26.03.2019

Franz W. Faeh est un acteur clé de la scène des chefs suisses réputés. Né à Gstaad, cet expert de la haute cuisine a à l’époque fait son apprentissage au Gstaad Palace et a repris le flambeau en tant que chef exécutif de la brigade de 55 personnes des cuisines du palace, le « rêve d’une vie » répète-t-il sans cesse. Il a auparavant perfectionné son art à l’étranger pendant de nombreuses années, notamment en cuisinant personnellement pour la famille royale à Bangkok. Il a également absorbé les saveurs de la cuisine asiatique en Indonésie, en Malaisie et à Singapour pour les intégrer à sa philosophie culinaire sincère, axée sur une véritable expérience gustative. Franz W. Faeh franchit désormais une autre étape : à la demande d’Andrea Scherz, propriétaire du palace, il repense régulièrement le concept de restauration et de restaurant du Gstaad Palace en sa qualité de directeur culinaire. Il s’attelle comme toujours à la tâche avec le plus grand soin, sa devise : cultiver et protéger les traditions ainsi que les classiques, oser et célébrer l’innovation. Sa première réalisation a eu lieu cet hiver, il a repensé le célèbre bistrot « Fromagerie » dans l’ancien coffre-fort du palace. Et la nouvelle décoration ainsi que le nouveau concept de restauration ont du succès : « les retours sont très positifs. Fromages, viandes séchées et autres délices sont au rendez-vous, tout ce que la région du Saanenland a de mieux à offrir est agencé avec originalité et raffinement, et servi avec nonchalance : un concept en parfaite adéquation avec la philosophie du palace. »

Pour l’été 2019, Franz W. Faeh souhaite s’occuper de l’espace extérieur de la grande piscine tout comme de la terrasse. Snack et barbecue seront rassemblés, la nouvelle carte fera la part belle aux en-cas qui seront complétés par des éléments de street food et de finger food, à savoir la discipline de prédilection du chef Faeh.

Grand honneur : invitation par le Royal Automobile Club à Londres

Franz W. Faeh emmène également ses spécialités avec lui à Londres, où il s’est vu accorder le rare privilège de pouvoir travailler comme chef invité au Royal Automobile Club RAC. Du 9 au 11 mai 2019, le chef originaire de Gstaad fera le service avec les quatre membres de son équipe, accompagné du propriétaire Andrea Scherz, dans le club situé à Pall Mall, « Palace-Kitchen at its best » : un menu en quatre plats le midi pour les fidèles clients ainsi que les hommes d’affaire et un menu raffiné en cinq plats le soir. Il ramène bien entendu les meilleures spécialités régionales du Saanenland à Londres, fidèle à la devise « From Gstaad – with love ». Le Palace établit ainsi un lien avec l’autre côté de la Manche pour ses clients britanniques issus de la royauté et fidèles, lesquels font encore et toujours partie de la clientèle exclusive du palais féérique de Gstaad.

En exclusivité à la cabane du Walig : une cuisine à l’énergie solaire

En été, Franz W. Faeh mise sur l’énergie et les éléments naturels. Il cuisine d’ailleurs personnellement pour les hôtes du Palace à l’aide de son four solaire. Il se rend plusieurs fois dans la saison à la cabane du Walig, un ravissant chalet d’alpage authentique situé dans l’alpage du même nom, à Feutersoey, pour cuisiner avec ce four hérité de son prédécesseur Peter Wyss. Ce dernier avait acheté le four solaire au curé de l’époque à Lauenen, qui l’avait utilisé dans le cadre d’un projet humanitaire en Afrique. Dans cette boîte de cuisson simpliste en bois qui convertit l’énergie solaire en chaleur grâce à un effet miroir, il concocte un menu en trois plats de manière totalement durable. Franz W. Faeh prépare des mi-cuits de langoustine, de la burrata accompagnée d’une salade pastorale et une sauce aux agrumes en entrée, les célèbres truites Palace au vin blanc et à la ciboulette en plat principal, et enfin des meringues du Saanenland fraîches en dessert, bien entendu accompagnées de leur crème double provenant de la ferme voisine.

Un classique réinterprété: L'ancien coffre-fort s'offre un lifting

Moitié-moitié dans un cadre sans pareil et une White Party dansante. Cet hiver, le Gstaad Palace fera doublement fondre de plaisir ses hôtes : si le restaurant de fondue sans doute le plus singulier de Suisse, la «Fromagerie», logé dans un ancien coffre-fort, invite à conclure une journée de glisse en savourant des spécialités suisses traditionnelles dans un tout nouveau décor, le restaurant «Gildo’s» et la boîte de nuit du Palace «Green Go», quant à eux, mettent à l’honneur la joie de vivre à la grecque.

15.11.2018

Il s’agissait d’une révolution et d’un bistrot branché à une époque où personne encore ne songeait à l’aventure gastronomique. En 1975/76, Ernst Andrea Scherz, ingénieux propriétaire du Gstaad Palace et grand voyageur, aujourd’hui patron toujours actif, a transformé le coffre-fort, que l’on utilisait jadis pour protéger l’argent et l’or d’une évasion durant la Seconde Guerre mondiale, en un sympathique lieu de rencontre gourmand, répondant au nom de «La Fromagerie». Ce restaurant de fondue hors du commun était entièrement dédié à l’or du Saanenland : autrement dit, son délicieux fromage alpin, servi de manière à la fois charmante et nonchalante, dans un décor garni de chaises cosy, de tables en bois et de nappes rouges et blanches, avec un pêle-mêle de vaisselle et de couverts. Le tout était accompagné d’un délicieux chasselas ainsi que d’autres breuvages locaux.

À ce jour, la «Fromagerie» constitue toujours l’épicentre et le restaurant le plus fréquenté du Palace durant la saison froide. Les visiteurs venus du monde entier, toutes classes confondues, s’y régalent de plats classiques, simples mais succulents, comme la fondue, la raclette ou la croûte au fromage. Pour la saison d’hiver 2018/19, ce joyau brille désormais d’un nouvel éclat : pour agrémenter ce haut lieu gastronomique situé à Oberbort dans la ville de Gstaad, la décoratrice d’intérieur Marina Nickels a sélectionné des meubles et luminaires antiques et déniché des trouvailles alpines. Espérons que la «Fromagerie» conserve son statut culte les 40 prochaines années, voire même au-delà...

White Party au château féérique

D’ailleurs, puisqu’on parle de culte : la plus originelle des discothèques de Suisse se décline depuis toujours dans un concept aussi sophistiqué que celui de la «Fromagerie». Du haut de ses 47 ans, le «GreenGo», qui a ouvert ses portes en 1971, est le haut lieu de la vie nocturne, non seulement pour la jeunesse dorée qui en hiver, nuit après nuit, vient y faire la fête jusqu’au petit matin, dans la lueur de la boule disco et des lampes glamour originales du créateur Teo Jakob. La « White Party » marquera le bouquet final des «Semaines grecques» qui se dérouleront du 27 février au 9 mars 2019 dans le château blanc féérique de Gstaad. À l’extérieur, les flocons de neige tombent dans un ballet incessant. À l’intérieur, les noctambules se trémoussent. Et dans le restaurant « Gildo’s », ce n’est plus « buonasera » qu’il faudra dire mais « kalispera » : accompagné de son équipe, Yannis Baxevanis, chef cuisinier de l’établissement cinq étoiles Elounda Beach & Villas en Crète, sera aux fourneaux dans la cuisine du Palace. Le maître de la gastronomie grecque régalera la clientèle des plus délicieux mets crétois. Avec sa cuisine grecque créative, l’invité d’honneur, également décoré d’une étoile Michelin, fait frétiller les papilles des gourmets de New York à Canberra, ainsi que d’Athènes à Gstaad.

Le parfum du lointain : dans une cave à cigares agrandie, avec une vue imprenable

Pour les uns, il s’agit de la piscine à débordement. Pour le Gstaad Palace, c’est le fumoir de son lobby bar avec sa vue imprenable. Désormais, les perspectives dans le fumoir du Palace sont encore plus belles et ce, pas uniquement pour les fumeurs car ils peuvent y profiter du plus magnifique panorama sur le Saanenland. Cette salle de verre disposée en angle offre encore plus de place aux cigares : dans une nouvelle cage à cigares qui, dorénavant, abrite selon les règles de l’art ces biens précieux, comme un Cohiba Maduro 5 raffiné, un Hoyo de Monterrey intense ou encore l’aromatique Davidoff Special «R». Mais ce n’est pas tout : le choix proposé aux amateurs de ces nobles produits de tabac est aussi bien plus grand.

Saison en mutation: Gstaad Palace investit en nouvelles chambres

L’architecture hôtelière en pleine mutation. Les bonnes vieilles maisons de luxe comme le Gstaad Palace en sont également concernées. Celui-ci a toujours vécu avec le temps : autrefois la seule maison avec de l’eau chaude courante dans le Saanenland, plus tard avec sa propre ligne téléphonique et des Jacuzzi dans les chambres des hôtes. Aujourd’hui, le facteur de l’espace libre compte plus que jamais pendant les vacances, car les hôtes ont besoin de plus d’espace pour se sentir bien. Depuis cette saison d’été, l’hôtel de luxe a construit cinq nouvelles Double Superior Rooms selon la devise : des deux l’on fait l’un. Les locaux d’habitation maintenus dans Alpine Chic discret et de grandes salles de bain s’inscrivent parfaitement dans l’air du temps. Une d’entre elles brille même par son propre hammam.

31.07.2018

Depuis cet été, le Gstaad Palace est présent sur le marché avec ses 90 chambres. Ce sont cinq chambres moins qu’auparavant. Et la réduction apporte une valeur ajoutée évidente : dix chambres existantes ont de nouveau été regroupées pour former cinq chambres doubles Superior, élégamment accompagnées par l’architecte d’intérieur anglaise Marina Nickels. Le Gstaad Palace renforce ainsi son Resort Feeling. Car les enquêtes de satisfaction montrent clairement : passer une nuit à l’hôtel est une chose, habiter, se détendre et se réunir entre amis dans la chambre en est une autre. C’est justement dans le Palace que les hôtes réservent leurs chambres pour une durée plus longue et arrivent avec toute la famille et souvent avec des enfants adultes. « Les nouvelles chambres constituent une réponse directe à Airbnb & Cie », explique Andrea Scherz, propriétaire en troisième génération et le directeur général du Gstaad Palace. « Nous mettons l’accent sur l’aspect d’habitation et de bien-être lors de l’aménagement des locaux. Finalement, l’on veut pouvoir utiliser la chambre dans toutes ses dimensions. C’est la nouvelle forme de luxe. » « La qualité de vie au lieu de la pure fonctionnalité » était la devise l’été et l’hiver dans les locaux de 48 mètres carrés en moyenne.

Style Country House pour se sentir bien

 

En voici le résultat : l’élégant revêtement en bois de chêne dans les chambres à coucher et de bains ainsi que le choix de couleurs douces rouge et marron répandent l’élégance anglaise imprégnée d’éléments éprouvés d’un chic alpin classique et moderne. Toutes les chambres sont équipées d’un lit king size invitant, d’un dressing généreux ainsi que d’une salle de bains spacieuse avec une baignoire et une douche – la chambre au sixième étage dispose même de son propre hammam, en plus du plaisir de bain classique avec vue depuis la tour. L’on se détend excellemment sur le canapé-lit ou le fauteuil accueillants après une excursion passionnante dans le pays de merveilles estivales de Gstaad. L’on se croirait à maison, si ce n’était pas la vue somptueuse sur Wildhorn, Eggli ou la glace éternelle des Diablerets. « Nous avons déjà atteint l’objectif: la plus récente catégorie de chambre, dont nous possédons entre-temps 15 locaux, est souvent la plus demandée. Ainsi, nous avons capté l’air du temps », se félicite le propriétaire Andrea Scherz qui a de nouveau investi 1.5 million de francs dans cette étape de transformation. Les travaux sont réalisés systématiquement par des spécialistes locaux, cela aussi un attachement à la qualité de la construction régionale. Et les efforts de repositionnement de la meilleure maison de la place sont récompensés : dans le classement des hôtels de BILANZ publié la semaine dernière, Gstaad Palace est grimpé de deux rangs sur la 2e place des meilleurs hôtels de vacances en Suisse. Le classique de l’hôtellerie des vacances suisse passionne aujourd’hui, comme déjà il y a plus de 100 ans, par la « perfection moderne », comme l’appellent les testeurs.

Hors du palais vers le plaisir de la randonnée : avec le nouveau guide de randonnée «Nature»

Aussi attractives se présentent les nouvelles chambres, aussi séduisant apparaît le paysage d’été autour de Gstaad. L’on l’explore au mieux à pied. Avec son propre guide de randonnée « Nature », le Gstaad Palace a créé le parfait compagnon pour que ses hôtes ne se baladent pas complètement désorientés pendant les excursions en nature. Ce compagnon maniable se glisse dans chaque sac à dos et contient des conseils pratiques et des recommandations compétentes pour les randonnées et les promenades dans la région. Les neuf routes sont adaptées de manière ciblée aux différents besoins et désirs des hôtes de l’hôtel. Que ce soit une exigeante randonnée de haute montagne sur le Rinderberg, une excursion avec une nuit dans la cabane du Walig, une aventure sur le Glacier 3000 ou une promenade adaptée aux poussettes dans les environs immédiats, le guide offre quelque chose pour chaque goût et chaque niveau physique. En outre, la brochure permet des aperçus des spécialités, activités et curiosités locales. Ainsi, les hôtes ont la possibilité de découvrir leurs propres endroits préférés autour du Gstaad Palace.

Un été en montagne de premier ordre : la culture et le sport au Gstaad Palace dans toutes les variations

Il n’y a pas de creux estival : en plus des journées de balade bien remplies, les hôtes du Gstaad Palace jouissent cette année également des moments forts culturels et sportifs variés. À côté des classiques comme la «Country Night Gstaad» (du 7 à 9 septembre 2018) ou le brunch dominical traditionnel en juillet et août, en particulier les amateurs des beaux bolides et des oldies dorés en ont pour leur frais cette année. Et pour les amateurs des tubes, il y a une friandise toute particulière : le 9 septembre 2018, Beatrice Egli et Hansi Hinterseer & Tiroler Echo se produisent dans le chapiteau du festival à Gstaad.

Le rallye de week-end « Gstaad Palace Challenge » (du 31 août au 2 septembre 2018) présente des vues renversantes et des voitures rapides, les amis de la bicyclette peuvent s’amuser royalement et admirer de vieux vélos lors du deuxième Vintage Velo Festival « BERGKÖNIG» (les 25 et 26 août 2018).

Un autre grand évènement est la Chill out Pool Party du 11 août 2018 à la piscine olympique du Gstaad Palace qui fête cette année son 90e anniversaire. Construite en 1928 par l’architecte pionnier des constructions sportives de l’époque Beda Hefti, la piscine reste encore aujourd’hui une perle architectonique.

Tous les évènements sur : https://www.palace.ch/fr/loisir-region/evenements-estivaux/

 

Contact & Information - Médias

Votre demande médiatique.
Notre interlocuteur.

Avez-vous besoin d’autres informations au sujet de notre hôtel 5 étoiles? Souhaitez-vous réaliser une interview avec Andrea Scherz ou transformer notre hôtel en lieu de tournage?
Anja Ullmann est le premier interlocuteur pour tous les représentants des médias. Si vous souhaitez des photos, nous vous proposons ici une sélection d’images à télécharger qui peuvent être imprimées. Et si vous avez besoin de plus d’images ou d’autres images: vous savez maintenant que Anja Ullmann est votre premier interlocuteur.

Pour plus amples informations, veuillez nous contacter à l'adresse info@palace.ch ou 
au numéro +41 33 748 50 00.

Newsletter