22 janvier 2018

En famille: au firmament de la musique classique

Madame Ravessoud, vous vous occupez des Sommets Musicaux depuis de nombreuses années – quelle a été en fait l’idée créatrice de ce festival d’hiver de musique classique?

Lorsque j’ai rencontré Thierry Scherz en 1998, l’idée était de proposer un événement culturel en hiver. Et, nous avons lancé la première édition en 2001. Après le ski, quoi de plus magique, sous la neige, que des concerts dans l’intimité des églises. Si la neige n’est pas toujours au rendez-vous, la musique est bien présente.

Concert de Sommets Musicaux de Gstaad avec Renaud Capuçon

Le Gstaad Palace joue un rôle important dans l’histoire du festival. Qu'est-ce qui vous lie à cette maison qui a quelque chose d'une grande scène?

Naturellement toute la famille Scherz avec le Palace s’est lancée dans le projet dès le départ. Nous organisons des dîners après concerts avec les artistes et le public à la Salle Baccarat, nous communiquons notre programme aux clients du Palace, nous y logeons des artistes et enfin, les bureaux du festival s’installent au Palace pendant deux semaines. Pour nous, le Palace est un partenaire privilégié et nous entretenons d’excellents rapports avec toute la famille et le personnel.

La promotion des artistes constitue un élément important de la manifestation. Quels en sont les points forts?

Dès le départ nous avons souhaité promouvoir les jeunes talents en créant la série des concerts de l’après-midi. Nos jeunes artistes bénéficient de masterclass privées avec des artistes confirmés et les meilleures interprétations sont récompensées par le Prix Thierry Scherz et le Prix André Hoffmann. Pendant leur séjour, ils sont invités à tous les concerts et côtoient ainsi les «stars» de la musique classique dans une ambiance très amicale qui leur permet de créer des contacts pour leur futur.

À quel moment votre cœur bat de joie dans la salle de concert? Quel a été votre dernier grand moment musical?

Les concerts donnés dans les églises provoquent inévitablement une émotion particulière par le respect des lieux, par la proximité avec les artistes. Pendant ces 18 ans d’activité, je n’oublierai jamais le soir du premier concert en 2001 à l’église de Saanen, Thierry me broyait la main avec une force incroyable en essayant de canaliser notre angoisse et ensuite… le bonheur après le crépitement des applaudissements. Les applaudissements à la fin des concerts sont un cadeau pour les artistes et aussi pour les organisateurs. Plus récemment en 2016, un autre concert magique avec Renaud Capuçon, notre directeur artistique, et Daniel Lozakovich, brillant violoniste de 15 ans, la bienveillance de Renaud à l’égard de Daniel transmise par un regard complice, cette connivence que l’on perçoit et le bonheur final au moment des applaudissements. De merveilleux moments.

Avec Renaud Capuçon, vous pouvez compter depuis 2016 sur un directeur artistique qui bénéficie d'un excellent réseau – comment vous partagez-vous les tâches?

Renaud Capuçon établit la programmation artistique en tenant compte des précédentes éditions du festival et en respectant un budget donné. Par son charisme, il est également d’une grande importance auprès de nos mécènes qui lui font confiance. Sa présence et sa disponibilité avec les médias est aussi prépondérante. La partie administrative, sponsors, contrats, promotion, trésorerie… est du ressort de mes activités. Nous communiquons régulièrement sur tous ces sujets car tout est lié.

Et comment se fait-il que vous vous concentriez exclusivement sur la musique de chambre?

Notre capacité maximale, à Saanen, nous permet d’accueillir 45 musiciens avec des solistes ce qui nous permet d’aborder un large répertoire.

Si vous aviez encore un souhait: quel artiste aimeriez-vous absolument faire venir une fois à Gstaad?

Difficile de faire un choix, rêvons un peu… Yo-Yo Ma, Renaud Capuçon avec le jeune Kit Armstrong et pourquoi pas Jonas Kaufmann en récital.

En savoir plus sur le festival des Sommets Musicaux de Gstaad et les paquets du festival

Vers le festival: Sommets Musicaux

Vers les paquets festival

Newsletter