6 septembre 2019

Quand le bleu rencontre le vieux briscard: entretien entre le membre le plus jeune et le membre le plus vieux de la famille du Palace

Manuel Miramontes (ou Manolo comme tout le monde l’appelle) lors de son entretien avec Riccardo Carminati. 

Manolo: Depuis quand travailles-tu au Gstaad Palace? Depuis deux ans. En tant que demi-chef de cuisine, je suis comme qui dirait le petit «bleu» de l’équipe. 
Riccardo: Et toi, depuis quand fais-tu partie de l’aventure? Comparé à toi, je suis un vieux briscard: 49 bonnes années. Tout au long de cette période, j’ai été casserolier, jardinier, garde-robier, voiturier et chauffeur. Aujourd’hui, je fais partie de l’équipe Loges. 

Manolo: Qu’est-ce qui t’a motivé à venir travailler au Gstaad Palace? Luca Gatti, sous-chef du Gstaad Palace, s’est exprimé avec beaucoup d’enthousiasme sur les différents restaurants et la grande diversité culinaire. Cela m’a rendu tellement curieux que j’ai décidé de poser candidature. Et ça a marché! 
Riccardo: Te souviens-tu encore de ta première journée de travail? Très bien même. J’ai commencé en cuisine, j’étais responsable de la vaisselle des poêles. 

Riccardo: Quelle a été ta plus belle rencontre ou quel a été l’un de tes meilleurs souvenirs durant toutes ces années? La longue et merveilleuse collaboration avec Shiwa et Ernst Scherz, les parents du directeur actuel, Andrea Scherz. 
Manolo: Et quel a été pour toi le moment jusqu’à présent le plus marquant depuis ton arrivée au Gstaad Palace? Le week-end «Le Rosey». Je prépare les plats pour la boîte de nuit GreenGo. Étant donné que les cuisines se trouvent juste à côté, j’ai la chance de pouvoir profiter de l’atmosphère spéciale qui règne dans le club tout au long du week-end. Et au rythme de la musique du célèbre DJ Bob Sinclar, la cuisine se fait d’elle-même.

Manolo: Quels aspects de ton activité apprécies-tu particulièrement? En tant qu’italien, j’adore toutes les formes de pâtes et c’est aussi ce que je préfère cuisiner.
Riccardo: Si tu pouvais tout recommencer depuis le début, que referais-tu de la même façon, que changerais-tu? Je suis satisfait de ma vie aussi bien professionnelle que personnelle. Par conséquent, je ne changerais rien.

Riccardo: Quel a été le souhait de client le plus fou durant toutes ces années? Oh, je pourrais écrire un livre entier sur cette question. Mais la discrétion est maître-mot au Gstaad Palace. Par conséquent, ces histoires resteront mon petit secret. 
Manolo: Quels sont tes projets et souhaits professionnels? Je souhaite rester ici encore quelques années afin d’acquérir davantage d’expérience. Et à la mi-saison, lorsque le Gstaad Palace est fermé, il se pourrait même que j’ai la possibilité de travailler dans un hôtel de luxe partenaire

Riccardo: Quel rêve aimerais-tu encore réaliser? Même si j’exerce avec beaucoup de plaisir et d’enthousiasme au Gstaad Palace, j’attends ma retraite imminente avec impatience. J’espère que je resterai en bonne santé et que je pourrai partir à la chasse en Espagne, accompagné de mes 14 chiens, pendant encore de nombreuses années.
Manolo: Et quel est ton plus grand rêve? Je pourrais m’imaginer ouvrir mon propre restaurant en Italie dans un avenir lointain. J’y offrirai ce que j’aime le plus manger: une multitude de plats de pâtes différents.



Découvrir aussi...

Plus de 100 histoires de 100 années du Gstaad Palace

Commander ici

L’histoire d’Andrea et d’Alexandre Scherz dans l’École hôtelière de Lausanne

Continuer à lire ici

Newsletter