Gstaad Palace
Gstaad PalaceGstaad PalaceGstaad PalaceGstaad PalaceGstaad PalaceGstaad PalaceGstaad PalaceGstaad PalaceGstaad Palace

Histoire du Gstaad Palace

1904
Le 20 décembre, le chemin ferroviaire entre Montreux et Gstaad est ouvert. Six mois plus tard, il est prolongé jusqu’à Zweisimmen. Cela marque le début du tourisme à Gstaad.

1905
L’enseignant du second degré, Robert Steffen (1878-1923) originaire de la région décèle le potentiel d’un grand hôtel situé à Oberbort et décide d’acheter ses premières parcelles de terrain. Son futur beau-père lui alloue une grande partie des fonds nécessaires.

1911
À la recherche d’investisseurs en Suisse romande, Steffen finit par nouer des contacts pour fonder, le 15 décembre 1911 à Lausanne, la société anonyme ROYAL HOTEL, WINTER & GSTAAD PALACE, GSTAAD. Steffen lui transfère ses portions de terrain en échange de 18 % des parts dans la SA.

1912
Les travaux de construction de l’hôtel Gstaad Palace débutent en avril. Le projet des architectes Adrien van Dorsser (1866-1957) et de Charles-François Bonjour (1870-1961) prévoit un investissement colossal pour l’époque de 2,5 millions de francs suisses.

1913
Le 8 décembre 1913, l’hôtel Gstaad Palace ouvre ses portes sous la direction d’Albert Steudler et de Hans Pünter. L’hôtel dispose de 250 lits répartis dans 165 chambres, 70 d’entre elles étant équipées d’une salle de bains. Avec 20 autres salles de bain à l’étage, un chauffage central et une télégraphiste dans l’hôtel même, les investisseurs misent clairement sur le luxe pour satisfaire les plus hautes exigences.

1914
La première saison d’hiver est un tel succès que des agrandissements sont déjà décidés au printemps 1914. Une salle de banquet (aujourd’hui la Salle Baccarat) est construite au rez-de-chaussée et ouvrira à l’automne 1916.

1915
Les clients se font plus rares pendant la Première Guerre mondiale. Le prix du charbon grimpe à tel point que les comptes de l’hôtel virent au rouge pendant les années de guerre. À l’été 1915, un tournoi de tennis est organisé pour la première fois. Il est censé attirer de nouveaux clients, et c’est ainsi qu’est né le Swiss Open de Gstaad.

1918
Le conseil d’administration démet de ses fonctions le couple de directeurs Steudler et Pünter en raison des chiffres en berne. Wilhelm Michel (1867-1945), ayant travaillé auparavant à l’Hôtel des Bergues à Genève, reprend la direction au début de la saison d’hiver 1918/19.

1923
Suite à un redressement de la Palace AG en 1921 par une augmentation du capital social, l’hôtel engrange enfin en 1923 ses premiers bénéfices depuis le début de la Première Guerre mondiale.

1927
La deuxième moitié des années 1920 constitue l’âge d’or du Gstaad Palace et de l’hôtellerie en Suisse en général. Pendant la période de Noël et du Nouvel An, l’hôtel est régulièrement bondé. L’argent est investi de plus en plus dans les activités estivales afin de garantir un nombre de réservations constant tout au long de l’année.

1928
Les hôteliers de Gstaad et l’Office du tourisme s’associent pour mener à bien deux projets communs, la construction d’une grande piscine extérieure et d’un premier terrain de golf, qui ouvriront en juillet 1928. Wilhelm Michel, président de l’Office du tourisme de 1925 à 1931, porte le projet.

1931/32
La crise économique se fait ressentir. Le nombre de nuits réservées dans le Gstaad Palace est à la baisse, car le cours du franc suisse s’envole par rapport aux monnaies étrangères. De nouvelles attractions devront attirer plus de clients. Durant la saison d’hiver 1934/35, le «Funi» ouvre, cette remontée mécanique transporte les visiteurs jusqu’au Wispile.

1936
Pour couvrir les pertes, le capital social de la Palace AG est revu à la baisse en 1936. Cependant, la situation ne revient à la normale qu’après la dévaluation du franc suisse en 1936. Les effets sont immédiats: le nombre de visiteurs augmente à nouveau.

1938/39
Le directeur Wilhelm Michel part à la retraite au printemps 1939. Ernst et Silvia Scherz lui succèdent et prennent leurs fonctions déjà à l’automne 1938 afin d’assurer une transition sans à-coups de la direction.

1939/40
Le nombre de nuits réservées diminue de moitié pendant la Seconde Guerre mondiale. La Société de banque suisse ordonne la construction, par mesure de sécurité, entre 1939 et 1940, d’un coffre-fort massif sous la terrasse du Gstaad Palace. La direction de la banque prévoyait de se mettre à l’abri dans le Gstaad Palace s’il avait fallu abandonner les sièges bordant les frontières. De l’or est, entre autres, stocké dans le coffre-fort.

1946
Après la guerre, le nombre de visiteurs remonte rapidement pour retrouver déjà en 1947 son niveau d’avant-guerre. Le chauffage central est complètement rénové et le charbon est abandonné au profit du fioul. Les frais de chauffage sont ainsi diminués de moitié d’un seul coup.

1947
Début septembre 1947, le Gstaad Palace accueille le Congrès de l’Union parlementaire européenne, un des éminents prédécesseurs du Conseil de l’Europe. Il est organisé par le comte Richard Coudenhove-Kalergi. Joseph Diémand (1876-1952), président depuis plusieurs années du conseil d’administration, décide de vendre, en raison de son âge, ses 45 % de parts sur la Palace AG à Kurt von Jahn, spéculateur connu de tous et ancien propriétaire de l’hôtel Schlosshotel Hertenstein à Weggis. À Gstaad, on craint une fermeture du Gstaad Palace. Avec le soutien du médecin du village Fritz Kaufmann (1892-1958), Ernst Scherz réussit à rassembler les fonds nécessaires pour racheter les actions. Dans les années qui suivent, il paye tous les investisseurs afin de récupérer l’ensemble des actions.

1954
Après des travaux de rénovation, la salle de banquet s’appelle dorénavant Chez Maxim’s. La première moitié des années 1950 est marquée par une série d’investissements: la réception, l’entrée, le bar et le «Grill Room» sont complètement rénovés.

1956
Henri Jolidon prend ses fonctions de chef de cuisine. Avec Otto Schlegel à ses côtés, chef de cuisine depuis la saison d’hiver 1947/48, la qualité de la cuisine augmente considérablement.

1957
Le 4 août 1957, le Festival Menuhin lance sa première édition dans l’église Saint-Maurice de Gessenay. Il reprend la tradition des concerts de musique qui se tenaient l’été de 1942 à 1947 au Gstaad Palace et qui, pour des raisons financières, avaient dû être abandonnés.

1964
Dans les années 1960, les dîners de gala conviant des stars internationales constituent l’apothéose de la saison d’hiver. Le 15 février 1964, Marlene Dietrich donne même une représentation. Un des moments les plus prestigieux de l’histoire du Gstaad Palace, selon le rapport annuel. La liste des stars n’en finit pas: Louis Armstrong, Benny Goodman, Ella Fitzgerald, Maurice Chevalier, Gilbert Bécaud, Dionne Warwick ou encore Petula Clark.

1968
En 1968, Ernst Andrea Scherz commence sa carrière dans l’hôtel et reprend en 1969 la direction, jusqu’alors entre les mains de son père.

1969/70
La piscine couverte avec aménagement extérieur, le sauna et, pour reprendre un terme contemporain, le health center sont construits. Une discothèque doit être bâtie dans le même bâtiment afin de renforcer la position du Gstaad Palace comme haut lieu des événements de Gstaad, tel est l’objectif énoncé.

1971
Le 22 janvier 1971, la discothèque GreenGo est inaugurée. Initialement aménagée par Teo Jakob, son style est resté le même jusqu’à aujourd’hui, même après quelques légères rénovations.

1974
Le 21 janvier 1974, le capital social est restructuré lors d’une assemblée générale extraordinaire de la Palace AG. Pour préparer la succession après Ernst Scherz, des actions à droit de vote sont introduites afin de renforcer le caractère familial de la SA. Ernst Andrea Scherz reprend la présidence de l’alliance The Leading Hotels of the World. Sous son égide (jusqu’en 1989), l’alliance des plus grands hôtels de luxe s’agrandit en intégrant de nombreux hôtels situés hors de l’Europe.

1975
L’ancien coffre-fort de la Seconde Guerre mondiale est rénové pour faire place à La Fromagerie, qui ouvre ses portes au début de la saison d’hiver 1975/76. Le 12 septembre 1975, Le Retour de la Panthère rose avec Peter Sellers, tourné en partie dans le Gstaad Palace, fête sa première européenne à Gstaad.

1977
Les chefs de cuisine de longue date, Henri Jolidon et Otto Schlegel, prennent leur retraite en 1977. C’est à nouveau un duo qui prend le relais: Peter Wyss et Hugo Weibel.

1979
Fin 1979, le restaurant Sans cravate ouvre ses portes, proposant une alternative plus légère au restaurant Le Grill. Pour la première fois, aucune tenue de soirée n’est exigée. La même année, la piscine couverte est rénovée et reliée au GreenGo, permettant d’organiser des pool partys.

1979/80
L’emménagement dans la Résidence avec ses 21 appartements a lieu au début de la saison d’hiver 1979/80. La rénovation a duré plus de dix ans, car le premier projet de 1969 avait dû être abandonné suite aux arrêtés fédéraux urgents sur le ralentissement de l’économie de 1972. En 1976, le projet devient réalité sous une nouvelle forme.

1986
Dans la deuxième partie des années 1980, des nouveautés voient le jour, de sorte qu’en 1986 commencent l’agrandissement de la Grande Terrasse et la construction de la nouvelle salle de conférence, la salle Piero.

1990/91
Les travaux de rénovation prennent fin en 1990 suite au nouvel aménagement du parking souterrain, qui a été élargi et dont les accès ont été réaménagés. Au début de la saison d’hiver 1991/92, la salle de banquet Chez Maxim’s est rénovée et rebaptisée Salle Baccarat.

1996
À la saison d’été 1996, Andrea Scherz démarre sa carrière dans le Gstaad Palace, tout d’abord en tant que chef de réception. La troisième génération fait ainsi son arrivée dans l’hôtel. La même année, Les Chalets du Palace sont terminés.

2000
Le premier symposium de Gstaad offre un lieu de rencontres informelles avec des personnalités telles que Margaret Thatcher et Peter Ustinov. Après la fin de la guerre froide, ils reviennent sur les événements du XXe siècle dans le cadre d’une série de discussions animées par le chroniqueur du Spectator Taki Theodoracopulos.

2001
Andrea Scherz devient General Manager en début d’année. La même année, le directeur de longue date Hansruedi Schaerer part à la retraite après 43 ans au service du Gstaad Palace. En décembre 2000, la Penthouse Suite spectaculaire est aménagée. En décembre 2001 suivent les Tower Suites. Thierry Scherz devient cofondateur des Sommets Musicaux de Gstaad, qui depuis proposent des concerts tous les ans lors de la saison d’hiver.

2003
Le restaurant Sans cravate devient Gildo’s, prenant le nom du maître d’hôtel de longue date, Ermenegildo Bocchini (Gildo). En 2003, la Palace AG devient une holding familiale.

2007
Le spa est rénové et fait l’objet d’agrandissements conséquents. Le nouvel espace bien-être s’étend ainsi sur 1800 m2.

2008
Le Gstaad Palace est raccordé au réseau de chauffage urbain de Gessenay-Gstaad. Étant le client le plus important, il soutient grandement ce projet. L’hôtel et quatre bâtiments avoisinants sont chauffés aux énergies renouvelables, à partir d’un bois provenant de la région.

2009
Le Gstaad Palace reprend la cabane des fermiers du Walig dans les Alpes. Construite en 1783, cette cabane située à 1700 m d’altitude sera légèrement rénovée pour offrir à ses visiteurs un séjour authentique à la montagne.

2013
Dans le Bortvorsass, des classes d’école de Gstaad viennent planter de nouveaux arbres dans une forêt ravagée en 1999 par la tempête Lothar. Andrea Scherz a donné le coup d’envoi. Le Gstaad Palace finance, en effet, à l’occasion de son centième anniversaire le projet durable de reforestation.

2014
Le 1er juillet, Thierry Scherz met subitement fin à ses jours à Vienne. Il laisse derrière lui sa femme, Martina, et ses petites filles jumelles âgées de huit ans.

Print page